Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Histoire
Histoire Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 1887 : Premières électrifications de Saint-Louis du Sénégal par l’ingénieur civil Hippolyte VAUBOURD qui était alors concessionnaire de l’éclairage de la ville.

1889 : Mise en service, à Saint-Louis, de la première centrale électrique du Sénégal, par la Société d’Eclairage Electrique du Sénégal, SEES.

1891 : Faillite de la SEES et création de la Nouvelle Société d’Eclairage Electrique du Sénégal, NSEES.

1892 : Création de la Société d’Eclairage Electrique de Saint-Louis, plus connue sous le nom d’Etablissements CARPOT.

1909 : Création à DAKAR de la Compagnie d’électricité du Sénégal, CES

1925 : La Compagnie Africaine d’Electricité, CAE créée à Bordeaux, se substitue aux Etablissements CARPOT. C’est à cette époque que remonte l’alimentation de la ville de Louga.

1927 : Mise en service du premier groupe à vapeur de la centrale C1 de Bel-Air. Sa puissance est de 1,25 MW. La même année, La Société Electrique et Industrielle du Baol-SEIB et celle de Casamance - SEIC assurent l’alimentation en électricité de Diourbel et de Ziguinchor, respectivement.

1929 : La Compagnie des Eaux et Electricité de l’Ouest Africain, EEOA est créée par la fusion de CES et CAE.

1930 - 1931 : Mise en services de 2 nouvelles unités de 1,25 MW à Bel-Air ; construction du siège de la rue Vincens.

1945 : C’est la seconde guerre mondiale qui est marquée par une forte croissance du secteur électrique au Sénégal, du fait du repli sur le sol africain de grandes sociétés européennes. La consommation durant cette période passe de 7 à 14 millions de kilowattheures. Deux turbines à vapeur de 3 MW seront mises en service à Bel-Air.

1953 : Mise en service du premier groupe de la centrale 2 de Bel-Air. Sa puissance est de 12,8 MW. Trois autres groupes seront installés en 1955, 1959 et 1961. Lancement des projets de lignes 30 kV, les lignes Distribution Service Public - DSP.

 1959 : Mise en service de la première ligne à haute tension (90 KV° DU Sénégal. Elle relie la centrale de Bel-Air à la compagnie Sénégalaise des Phosphates de Taïba.

1960 : Indépendance du Sénégal. La puissance installée est de 49.900 kW.

1966 : Le premier groupe de la centrale 3 du Cap des Biches est mis en service. Sa puissance nominale est de 27,5 MW. C’est à cette époque que l’Etat du Sénégal, alors indépendant depuis 6 ans, commence à participer à l’exploitation de l’électricité. Il possédait alors le quart du capital des EEOA.

1971 : l’Etat Sénégalais rachète les installations de production, de transport et de distribution et crée 2 sociétés : Electricité du Sénégal, EDS société de patrimoine au capital entièrement public et responsable des investissements et la Société Sénégalaise de Distribution d’énergie électrique, Senelec, société d’économie mixte dont le capital est constitué à 50 % par les EEOA chargée de l’exploitation des ouvrages.

 1982 : l’Etat rachète les parts de EEOA.

1983 : la nationalisation devient effective ; l’Etat crée alors par la loi n° 83-72 du 05/07/1983, une société unique : la Société Nationale d’Electricité - Senelec.

1985 - 1995 : Mise en œuvre du Premier Projet du secteur électrique pour accroître les infrastructures de la nouvelle société.

1995 - 1996 : Construction du nouveau siège social de la société, achat, installation et mise en service de la turbine à gaz n°3 de 20 MW sur le site du Cap des Biches.

1997 : Renforcement de la capacité de la centrale 4 par la mise en place d’un troisième groupe diesel de 20 MW.

1999 : Changement de cadre institutionnel : la société passe sous le contrôle du consortium Hydro-Québec Elyo. La même année, elle met en service une turbine à gaz de 32 MW sur le site de Bel-Air.

2000 : Rupture du partenariat avec le consortium ; la société revient dans le portefeuille de l’état sénégalais.
2003 : Inauguration de 2 nouvelles tranches Diesel de 15 MW au Cap des Biches.

2004 : Senelec tient la première convention d’entreprise de son histoire pour faire valider son nouveau projet d’entreprise, le projet « Suxali Senelec ». 1200 employés sur les 2080 que compte l’entreprise ont fait le déplacement au CICES où s'est tenue la manifestation. Suxali Senelec a pour ambition :
  • d'apporter au Client et à l’économie de notre pays un service de qualité à moindre coût, et de devenir le service public préféré des Sénégalais.
  • de faire retrouver à chaque agent la fierté de travailler pour une entreprise appréciée et exemplaire qui l’implique, l’utilise au mieux et l’accompagne dans son développement professionnel et personnel.
  • de faire de Senelec une société rentable au service du développement économique et social du Sénégal.
Dernière mise à jour : ( 08-05-2008 )